Angèle – Tempête Lyrics

Angèle Tempête Lyrics

Elle ouvre les yeux et regarde à terre
Peureuse, elle regarde à terre
Il lui promet que c’était la dernière
Et elle ramasse ses affaires
Pour une envie si humaine
D’avoir voulu être libre
Et c’était pas la première
La première crise
Si sur eux tu ne lèves jamais la main
Tu seras un très bon père
Et meilleur sera demain, eh

De mieux en mieux
Évidemment que ce sera de mieux en mieux
Un jour ce sera joyeux (Un jour ce sera joyeux)
Mais en attendant, elle doit subir le feu

Encore une tempête
Encore une alerte
L’orage la guette et s’abat sur elle
Encore une tempête
Encore une alerte
Sa rage la guette

Les bleus, c’est rien, c’est juste une belle couleur
Plus douce que celle de ses yeux
Quand il se met en colère, ça continue de durer
Alors qu’elle lui dit : « On ne s’aime plus comme avant »
Il continue dans son déni, il dit qu’ils vont de l’avant
« J’ai été folle de t’aimer si fort, folle d’aimer fort un fou »
La peur la guette quand il crie trop fort
Quand il se jette à son cou

De mieux en mieux
Quand elle n’aura plus à courir derrière eux
Un jour ce sera joyeux (Un jour ce sera joyeux)
Mais en attendant, personne ne voit son jeu

Encore une tempête
Encore une alerte
L’orage la guette et s’abat sur elle
Encore une tempête
Encore une alerte
Sa rage la guette

Encore une tempête
Encore une alerte
L’orage la guette et s’abat sur elle
Encore une tempête
Encore une alerte
Sa rage la guette

La dernière fois, c’est plusieurs fois
La dernière fois, ça fait plusieurs fois
La dernière fois, c’est plusieurs fois
La dernière fois, oh-oh, oh-oh, oh-oh

Encore une tempête
Encore une alerte
L’orage la guette et s’abat sur elle
Encore une tempête
Encore une alerte
Sa rage la guette

Elle est invisible, il reste impuni
Mais ça, c’est bientôt fini
Prête à partir pour mettre fin à la guerre
Et lui restera libre et fier
Pour une envie si humaine
D’avoir voulu être libre
Toujours à elles qu’ils s’en prennent
Le danger demeure et les brise
Espérons qu’il n’y aura pas de prochaine
C’est toujours ça d’espérer
Qu’on n’ait pas à chanter de requiem